Prospective électrique 2021 de RTE : des débats en perspective !

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

 

Un important et sérieux travail de prospective a été engagé par RTE et l’AIE sur ce que pourrait être en 2050 un système électrique ne consommant pas d’énergie fossile dans un pays qui aurait atteint la « neutralité carbone ». Avant de terminer ce travail, RTE a ouvert une consultation publique sur le cadrage et les hypothèses qu’il a proposé de retenir pour dessiner plusieurs scénarios très contrastés qui seront à la disposition du pouvoir politique pour l’aider à prendre ses décisions.

Parmi ces scénarios présentés dans le document soumis à consultation :

  • Quelques-uns supposent que la France ne construise plus de réacteurs nucléaires ; selon les autres, la capacité nucléaire serait comprise en 2050 entre 28 et 55 GW, contre 61 GW aujourd’hui ; ainsi est introduit un débat sur l’évolution de la capacité nucléaire française ;
  • En matière de consommation finale d’électricité, les scénarios prennent l’hypothèse de la consommation finale prévue en 2050 par la SNBC (stratégie nationale bas carbone), soit seulement 580 TWh contre 470 TWh aujourd’hui, ce qui fait débat, du moment déjà que la SNBC doit être revue tous les 5 ans.

ARCLÈS a participé à la consultation publique organisée par RTE jusqu’au début de mars 2021.

D’une part en s’associant à un collectif d’ingénieurs polytechniciens qui ont élaboré une lettre à RTE dans laquelle sont remises en cause les hypothèses de RTE concernant la longévité des réacteurs nucléaires français et celles concernant la consommation d’électricité qui devrait raisonnablement être testée à 700 TWh en 2050 par les scénarios.

D’autre part en élaborant une contribution spécifique, que vous pouvez lire ici, qui met l’accent sur des aspects insuffisamment traités par les scénarios RTE, tels que la stabilité des systèmes électriques et la sécurité d’alimentation des consommateurs qui sont très fragilisées lorsque des hypothèses importantes sur la proportion d’énergies renouvelables intermittentes sont faites pour la production d’électricité (50%).

ARCLÈS dispose d’une expertise en stratégie énergétique qui lui permet de prendre part aux débats de prospective énergétique tels que celui que RTE a lancé en ce début 2021, dans la foulée des débats de 2018 sur la PPE (programmation pluri-annuelle de l’énergie) pour lesquels Arclès a produit un cahier d’acteur, que vous pouvez lire ici.

ARCLÈS souhaite que ses avis seront suivis dans les travaux nationaux à venir en matière de prospective énergétique dans la mesure où les incohérences de la LTECV de 2015 (Loi de transition énergétique pour la croissance verte) n’ont toujours pas été levées et peuvent conduire à terme à une détérioration de la situation énergétique de la France, en dépit de dépenses engagées importantes.

 

Article rédigé par : Marie-Louise Casademont – Partenaire ARCLÈS

 

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone