Du public vers le privé : en faire un jeu gagnant-gagnant ? (épisode 2)

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone

 

Vers de nouveaux équilibres entre public et privé

A l’heure où il faut s’attendre à des rééquilibrages entre la fonction publique et les entreprises, il est bon de savoir que ces évolutions sont non seulement possibles mais aussi souvent profitables, et ce pour toutes les parties.

Le candidat aura l’opportunité d’une deuxième carrière et l’enrichissement découlant du contact avec un monde nouveau. L’institution accueillante recevra une personne possédant une éthique issue de l’exposition au bien public et ayant eu souvent une formation continue plus étoffée ou variée que dans le secteur privé.

ARCLÈS observe régulièrement des réussites à tous les niveaux d’encadrement. Ces réussites montrent que pour éviter les méprises ou les « erreurs de casting », le point le plus sensible se situe dans une bonne compréhension et appropriation des attendus de l’entreprise ou, plus généralement, du monde privé.

ARCLÈS prépare la mutation du public au privé

ARCLÈS a développé un savoir-faire qui permet de faire passer aux stagiaires  des messages, pourtant dépaysant pour eux, avec succès et en peu de temps. Nous nous appuyons à la fois sur le décalage créé et sur les points communs pour marquer durablement les esprits.

Nous ciblons les messages sur l’essentiel. Sur le plan pédagogique, nous faisons en sorte que les stagiaires soient impliqués et qu’ils bâtissent dans leur esprit une représentation pragmatique de ce monde qu’ils cherchent à connaître. Nous leur indiquons comment s’appuyer sur ce qu’ils connaissent et les points sur lesquels les choses changent ou sont différentes.

Nous avons entre autre développé des méthodes de découverte de l’entreprise par le jeu. Nous dotons ainsi les stagiaires d’un vécu, certes réduit, mais déclencheur et fixateur ludique de la compréhension d’un changement de monde.

Enfin, nous estimons que l’objectif est atteint quand l’ancien agent public a intériorisé sans état d’âme qu’il allait passer d’une logique de résultat (le bien faire) à une logique de profit (le bien vendre notamment).

 

Article rédigé par : Benoît Bescond – Consultant ARCLÈS

 

Share on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookEmail this to someone